Le Conseil constitutionnel a statué sur les conditions de travail des personnes détenues

Les sages ont jugé conformes les dispositions qui prévoient que la participation des personnes détenues aux activités professionnelles organisées dans les établissements pénitentiaires donne lieu à l’établissement d’un acte d’engagement par l’administration pénitentiaire. Acte, signé par le chef d’établissement et la personne détenue…

Le 25 septembre dernier, le Conseil constitutionnel a jugé conformes les dispositions de l’article 33 de la loi n°2009-1436 du 24 novembre 2009 pénitentiaire qui prévoient que la participation des personnes détenues aux activités professionnelles organisées dans les établissements pénitentiaires donne lieu à l’établissement d’un acte d’engagement par l’administration pénitentiaire. Cet acte, signé par le chef d’établissement et la personne détenue, énonce les droits et obligations professionnels de celle-ci ainsi que ses conditions de travail et sa rémunération.

Le juge suprême avait été saisi le 6 juillet 2015 par le Conseil d’Etat d’une question prioritaire de constitutionnalité, posée par un détenu qui soutenait notamment qu’en n’organisant pas le cadre légal du travail des personnes incarcérées, ces dispositions privaient celles-ci de l’ensemble des garanties d’exercice des droits et libertés reconnus par les cinquième à huitième alinéas du Préambule de la Constitution de 1946. Le Conseil constitutionnel a écarté ces griefs.

Dans leur décision (n°2015-485 QPC), les sages ont relevé que les dispositions de l’article 22 de la loi du 24 novembre 2009, celles de l’article 717-3 du code de procédure pénale et les dispositions contestées énoncent différentes règles et garanties relatives aux conditions de travail des personnes détenues.

S’il a également relevé qu’il est loisible au législateur de modifier les dispositions relatives au travail des personnes incarcérées afin de renforcer la protection de leurs droits, il a jugé « qu’en subordonnant à un acte d’engagement signé par le chef d’établissement et la personne détenue la participation de cette dernière aux activités professionnelles organisées dans les établissements pénitentiaires et en renvoyant à cet acte d’engagement le soin d’énoncer les droits et obligations professionnels du détenu, dans des conditions qui respectent les dispositions de l’article 22 de la loi du 24 novembre 2009 et sous le contrôle du juge administratif, les dispositions contestées ne privent pas de garanties légales les principes énoncés par les cinquième à huitième alinéas du Préambule de la Constitution de 1946 ».

 

Mots clés: , ,

 

Partager cet article

Charlotte Pienonzek

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.